Les articles "Histoire de la paroisse" sont extraits du Clocher et rédigés par Jacques Pencréa'ch.

 

Histoire de la paroisse - 5 - 2016

« Monsieur Gouarin a succédé à monsieur l'abbé Le Garrec, nommé chanoine titulaire de la cathédrale de Vannes au mois de janvier 1919 ». C'est le seul évènement relaté dans les archives paroissiales d'octobre 1912 à septembre 1921. L'abbé Gouarin ne restera que deux années à Caudan avant d'être nommé à Grand-Champ ; il fut remplacé par l'abbé Le Bayon qui venait de Bangor et qui restera chez nous 23 années. De 1921 à 1940 la vie de la paroisse sembla bien calme si on en croit les archives, peu documentées. On y retrouve souvent cette phrase : « rien de bien particulier cette année ». « Les jours se suivent sans incident remarquable, mais l'inquiétude, la tristesse et l'angoisse provoquées par l'occupation sont peintes sur tous les visages. Les difficultés de ravitaillement, le manque d'objets nécessaires, l'impossibilité de se déplacer pour chercher ailleurs ce qui manque chez nous rendent la vie pénible »...

Lire la suite...

Histoire de la paroisse - 4 - 2016

L’Église se remit difficilement de tous ces changements qui lui furent imposés durant les années 1900-1910 : dissolution des associations, séparation de l'Église et de l'État, instauration du denier de l’Église. À Caudan comme ailleurs, le recteur fut dans l'obligation d'y faire face. On sent chez lui, par la lecture des faits qu'il rapporte, lassitude et découragement dus principalement à l'indifférence de ses paroissiens. Une bonne nouvelle vint malgré tout l'encourager et lui faire plaisir : « depuis plus de trente ans, la question se pose tous les jours d'une manière plus pressante, la nécessité de créer de nouveaux centres religieux sur la paroisse. Aucun ne désire la séparation plus que moi. Mgr Latieule avait préparé un commencement d’exécution de l'œuvre. C'est sans doute à Mgr Gouraud (évêque de Vannes 1906-1928) qu'il est réservé de le réaliser et c'est à moi qu'appartiendra l'honneur de le seconder dans ses desseins », écrivait-il le 11 mai 1907.

Ses vœux ne tardèrent pas à se réaliser. Par un décret en date du 12 août 1907, Mgr Gouraud érigea en paroisse le quartier des chantiers et du Plessis, sous le titre de : paroisse Saint Joseph du Plessis. Le 17 août la semaine religieuse annonçait la création d'une nouvelle paroisse « au Pont de Kerentrech-Caudan ; elle sera placée sous le patronage de Notre-Dame auxiliatrice. Le titulaire de cette future église sera Saint Isidore, patron de l'ancienne frairie de Kerguillé » (voir le plan ci-dessous). Le quartier de Lanester avait donc maintenant ses deux églises...

Lire la suite...

Histoire de la paroisse - 3 - 2016

L’abbé Le Garrec fut donc nommé recteur de Caudan le deuxième dimanche du mois d'août 1905. Sitôt installé, il fut confronté à la grande préoccupation de l'époque : la séparation de l'Église et de l'État. Il voulut expliquer la situation à ses paroissiens qui ne semblaient pas trop sensibilisés aux conséquences de cette loi. Il les convoqua dans une salle d'auberge du bourg, mais cet auditoire choisi lui était acquis d'avance. Cette première réunion fut suivie d'une autre, moins calme, le 29 avril 1906 à la salle de la Mairie, réservée par Monsieur Paul Guieysse dans le cadre des élections législatives. Le recteur n'eut pas peur de prendre la parole, la réunion dura deux bonnes heures et « fut très mouvementée ». Plusieurs Caudanais étaient d'ailleurs favorables à cette loi, « tous les petits fonctionnaires de la localité et une certaine partie de la population qui n'envisage que les intérêts purement matériels ou qui a été endoctrinée par les politiciens de l'endroit »...

Lire la suite...

Histoire de la paroisse - 2 - 2016

L'abbé Daniel ne restera que deux ans à Caudan, il fut nommé à Palais en juillet 1905 et remplacé par l'abbé Le Garrec, précédemment à Mendon. Dès son arrivée, ce dernier fut confronté à de gros problèmes. Rappelons brièvement la situation de l'Église en cette période troublée. Depuis la révolution, la constitution civile du clergé avait institué une nouvelle Église, l’Église constitutionnelle, ce qui divisera le clergé : le clergé séculier qui appliquait la loi en prêtant le serment « le jour du dimanche après la messe en l'année 1790 », et le clergé réfractaire, une grosse moitié des curés qui refusèrent de faire cette démarche, avec les conséquences auxquelles ils s'exposaient : poursuite, emprisonnement et mort pour beaucoup d'entre eux. Au sud-est de l'ile Madame, une grande croix de galets marque l'endroit où furent ensevelis 274 prêtres réfractaires ; ils moururent d'épuisement, de maladie, de maltraitance à bord de deux anciens navires sur les fameux « pontons de Rochefort ». Chez nous le recteur, l'abbé Thomas, réfractaire, fut arrêté et acheminé vers cette sinistre destination. Avec une probable complicité, il réussit à s'évader lors d'une escale à Belle-Ile et put revenir se cacher dans son ancienne paroisse (à Kerrous paraît-il ?). Entre temps l'abbé Guillou, prêtre constitutionnel avait été nommé à sa place. Les Caudanais ne facilitèrent pas son ministère en boudant les cérémonies...

Lire la suite...

Histoire de la paroisse - 1 - 2016

L'abbé Daniel succéda à l'abbé Bissonnet le 2 avril 1903. Il venait de la paroisse de Pluvigner. Sa mission principale, spécifiée par son évêque, fut l'aboutissement du projet de construction de chapelles sur Lanester. Ce projet se concrétisait : les terrains avaient été offerts par Madame de Mauduit du Plessis et Mademoiselle Le Goff de Kerfréhour. Des personnes généreuses avaient fait don de 75 000 francs pour cette réalisation, ainsi que d'une maison pour servir de « maison vicariale ». Ce premier projet prévoyait la construction d'une chapelle dans le secteur de Locunel...

Lire la suite...

Histoire de la paroisse - 7 - 2015

Le dimanche 2 août, notre communauté paroissiale s'est retrouvée à la messe de 10h30 en la chapelle du Trescouët à l'occasion de son pardon traditionnel. Elle fut célébrée par le Père Jean-Louis, recteur, assisté de l'aumônier de l'hôpital. Comme chaque année, une nombreuse assistance avait tenu à venir prier Notre-Dame...

Lire la suite...

Histoire de la paroisse - 6 - 2015

La photo ci-dessous de l'ancienne église paroissiale est la seule que nous ayons trouvée. Cette église fut, on le sait, dynamitée à 5h45 le 11 août 1944 par les troupes d'occupation Allemandes : « à cet instant précis l'église et le clocher viennent de s'effondrer et leurs pierres ensevelissent tout le mobilier du sanctuaire. Tout est détruit ; la sainte réserve enfermée dans le coffre de la sacristie est sauvée. Une pierre d'autel est retrouvée, mais du beau maître-autel de marbre blanc, il ne reste rien ; tout est pulvérisé » (archives paroissiales). Quelques bannières furent récupérées et après quelques réparations furent déposées à la chapelle du Nelhouët. La population du bourg, heureusement réduite car beaucoup s'étaient réfugiés dans les communes voisines, se trouvait cette nuit-là dans l'abri du couvent...

Lire la suite...