22 mai 2020 : Mesures sanitaires pour nos offices liturgiques

Les discussions sur le parvis de l'église avant et après la messe ne seront pas interdites,
néanmoins il faudra garder les distances sanitaires et ne pas se serrer les mains. 

  1. Port du masque indispensable pour participer à la messe
  2. Entrée par la grande porte (les portes latérales restent fermées)
  3. Les feuilles de chants sont à emporter et à rapporter à chaque messe
  4. Trois personnes par banc (marquage par des gommettes en haut des bancs)
  5. Utilisation d'un banc sur deux (condamnation d'un banc sur deux par des cordes en hauteur)
  6. Quatre paniers pour la quête seront déjà posés sur les chaises (et laissés sur place pour l'équipe suivante)
  7. Marquage au sol avec une bande fluorescente autorisant l'enlèvement du masque pour la communion
  8. Avant et après la distribution de la communion, le prêtre s’appliquera manifestement le gel hydroalcoolique et mettra son masque (adaptation du besoin en nombre de personnes donnant la communion selon les circonstances)
  9. Pendant la messe seulement trois personnes seront dans le chœur, chacune avec son micro : le prêtre, l'animateur et un seul lecteur
  10. Le lecteur et l’animateur nettoient leurs emplacements avec du gel hydroalcoolique (! ne pas nettoyer la tête du micro avec du gel)
  11. Une ou deux personnes de l'équipe liturgique guident les fidèles à l'entrée et à la sortie de l'église :
    • Marquage des bancs qui sont disponibles et rappeler la règle de trois personnes par banc
    • Quelqu’un n’a pas de masque ? Une place lui sera indiquée pour la protection de tous.
    Nous encourageons les chrétiens à confectionner des masques et à les offrir à la paroisse.
  12. Le lecteur est la seule personne qui touche !
    • Le tableau pour les lumières, le chauffage si besoin, la boîte à clé, le réglage des cloches...
    • L’installation et le réglage de la musique
    • Ouverture de la porte d'accès à l'orgue si présence d’un organiste
  13. Quête
    • Les paniers sont à leur place sur les tabourets depuis plus de deux jours et donc sans danger
    • Remettre les paniers sur les mêmes tabourets à la fin de la messe
  14. La sacristie
    • Du lundi au jeudi seuls le Prêtre et la sacristine y ont accès
    • Du vendredi au dimanche seul le prêtre y accède pour préparer les messes
  15. Préparation de la messe par les équipes liturgique
    • Il est préférable de travailler ensemble à distance, on transmettra le canevas pour travailler sur ordinateur
    • S’il y a nécessité de préparer la messe au presbytère, il faudrait limiter le nombre de personnes présentes : tout en respectant les règles de protection sanitaires, nous conseillons de ne pas dépasser le nombre de trois personnes

 Toutes ces mesures peuvent évoluer en fonction de la pandémie et de vos différentes suggestions.

1er mars 2020 : 31 adultes appelés au baptême

Pour les 31 catéchumènes du diocèse de Vannes, le début du Carême inaugure aussi la phase « d’ultime préparation » aux sacrements qu’ils recevront lors de la prochaine Vigile pascale. En l’église de Caudan, 13 hommes et 18 femmes venus de tout le diocèse ont été officiellement admis et appelés au cours de la célébration de l’appel décisif. Durant ces 40 jours où ils se préparent plus intensément et où tout le peuple des baptisés marche vers l’illumination de Pâques, tous communient dans la prière.

31 catéchumènes 2020

Dans son homélie, Monseigneur Centène a déployé le sens du combat spirituel, en s’appuyant sur « la belle leçon de catéchèse » donnée par l’Évangile du jour : les tentations de Jésus au désert.

L’après-midi, dans l’église de Caudan, Mgr Centène a donné une catéchèse sur le combat spirituel.

Étudiants, artisans, mères au foyer, aide-soignante, pécheur, ingénieur, ouvrier, commerçant, etc. Le cru 2020 ne déroge pas au traditionnel constat d’une grande diversité des catéchumènes : horizons professionnels, milieux sociaux, âges (entre 18 et 55 ans) ou encore cultures d’origine. « Le point commun, retient Marie-France, c’est que tous ont fait la rencontre du Christ ressuscité dans leur vie. C’est pourquoi les catéchumènes sont un « marqueur fort » pour l’ensemble des fidèles : au début de notre Carême, ils nous rappellent que la présence du Christ est une réalité et que nous avons à en tenir compte et à nous tourner vers lui, à nous convertir pendant ces 40 jours ! ».

me voici 305x240

Depuis le moment de leur entrée en catéchuménat, les adultes cheminent deux années. Après cette longue préparation, « confiants dans la grâce de Dieu, soutenus par la prière, et stimulés par le témoignage de leurs frères chrétiens », les 31 catéchumènes du diocèse de Vannes se sont levés à l’appel de leur nom en répondant « Me voici ». Puis en présence de la communauté chrétienne, de leurs équipes d’accompagnement, parrains, marraines, proches et amis, ils ont exprimé ensemble leur désir d’être initiés aux sacrements du Christ - « Oui, nous le voulons » - avant de recevoir personnellement des mains de l’Évêque l’écharpe mauve des appelés. Portée durant toutes les étapes de l’ultime préparation (scrutins), celle-ci sera remplacée par le vêtement blanc le jour de leur baptême.

Me voici

Ils ont ensuite inscrit leur nom au registre des futurs baptisés.

signature 320x213

Cette étape importante intervient 40 jours avant de fêter la résurrection du Christ, victoire de la vie sur la mort. Être chrétien consiste en effet à entrer dans ce mystère de la mort et de la résurrection de Jésus.

« C’est être assimilé, vivre à notre tour le mystère de Jésus, qui est un mystère de mort et de résurrection. Il faut que le vieil homme disparaisse pour que puisse émerger l’homme nouveau », enseignait Mgr Centène lors de sa catéchèse sur le combat spirituel, qui a suivi dans l’après-midi à Caudan.

Dans les semaines à venir, les 3e, 4e et 5e dimanches de Carême, trois célébrations appelées « scrutins » et vécues en paroisse viendront jalonner leur montée vers Pâques. Pour toutes les communautés chrétiennes qui y assisteront ou s’y associeront par la prière, ces scrutins invitent aussi à une nouvelle conversion.

« Répondez et laissez-vous conduire par l’Esprit ! »

Père loisel 320x200 2« C’est aujourd’hui à Caudan votre jour à vous les catéchumènes par l’appel décisif par notre Évêque. C’est un moment important dans votre démarche », a introduit le père Francis Loisel, prêtre accompagnateur du service diocésain de catéchuménat. « Chacun de vous a senti à un moment ou à un autre l’Esprit-Saint travailler en lui : vos motivations diverses, différentes, riches et profondes, vous ont donné des appuis pour faire écho à ce Christ que vous apprenez à connaître. J’ai été impressionné avec l’équipe diocésaine par l’évocation de vos cheminements aux uns et aux autres. (…) Répondez maintenant et laissez-vous conduire par l’Esprit-Saint ! Le baptême que vous recevrez n’aura d’effet que si vous prenez conscience qu’il vous enracine au cœur de la vie. En ce début de Carême, demandons à ce Père miséricordieux et bon de mettre chacun de nous dans une disponibilité intérieure, pour mieux nous ouvrir à d’autres nourritures afin de grandir en amour, en charité, une espérance ».

https://www.vannes.catholique.fr/31-adultes-appeles-au-bapteme/ 

5 janvier 2020 : Concert missionnaire

À l’appel du pape François lancé en octobre dernier sur le thème « Baptisés et envoyés », un concert missionnaire a eu lieu dans notre église de Caudan le dimanche 5 janvier à 16h.

En introduction, le Père Sanctus a évoqué trois documents de l’Église catholique :

  • Lettre apostolique Maximum Illud (1919) du pape Benoît XV sur l’activité accomplie par les missionnaires dans le monde.
  • Décret Ad Gentes (1965) du pape Paul VI sur l’activité missionnaire de l’Église.
  • Exhortation Apostolique Evangelii Gaudium « La joie de l’Évangile » (2013) du pape François sur l’annonce de l’Évangile dans le monde d’aujourd’hui.
20200105 160938

Ensuite, après avoir été soigneusement sélectionnés par un petit groupe de paroissiens, des passages des deux encycliques citées ont été lus, rassemblés en cinq grands thèmes dont voici quelques extraits :

  • Envoi en mission : « Il est vital qu’aujourd’hui l’Église sorte pour annoncer l’Évangile à tous, en tous lieux, en toutes occasions, sans hésitation, sans répulsion et sans peur » (François).
  • Faire unité : « De par la nécessité de la mission, tous les baptisés sont appelés à s’assembler en un seul troupeau, afin de pouvoir ainsi de façon unanime rendre témoignage du Christ leur Seigneur devant les nations » (Paul VI).
  • État de baptisé : « Chaque baptisé, quelle que soit sa fonction dans l’Église et le niveau d’instruction de sa foi, est un sujet actif de l’évangélisation, et il serait inadéquat de penser à un schéma d’évangélisation utilisé pour des acteurs qualifiés, où le reste du peuple fidèle serait seulement destiné à bénéficier de leurs actions » (François).
  • Laïcs engagés : « Les laïcs coopèrent à l’œuvre d’évangélisation de l’Église et participent à titre de témoins, et en même temps d’instruments vivants à sa mission salvifique » (Paul VI).
  • Appelés/envoyés : « Je rends grâce pour le bel exemple que me donnent beaucoup de chrétiens qui offrent leur vie et leur temps avec joie. Ce témoignage me fait beaucoup de bien et me soutient dans mon aspiration personnelle à dépasser l’égoïsme pour me donner davantage » (François).
20200105 160506

Pour intérioriser ces lectures riches et profondes, nous avons eu la joie d’écouter des pièces musicales à l’orgue interprétées par Jean-Yves Le Juge.

Pour terminer ce temps de méditation, des collégiens ont témoigné sur leur manière de vivre la Mission aujourd’hui (scout, Téléthon, banque alimentaire, servant d’autel).

Un grand merci à celles et ceux qui ont œuvré à la réalisation de ce concert qui, je l’espère,
aura donné à beaucoup l’envie de lire ou relire ces textes plus que jamais d’actualité !
Merci également aux participants et à leur générosité !

En ce jour de fête de l’Épiphanie, un partage de brioches a été le bienvenu pour clôturer ce temps plein de richesse !!!

22 septembre 2019 : Pèlerinage au Sanctuaire de Sainte-Anne d’Auray

La paroisse de Caudan faisait partie des dix paroisses du doyenné de Lorient qui proposait pour la première fois un pèlerinage au Sanctuaire de Sainte-Anne d'Auray, patronne des Bretons.

Ainsi nous étions une petite vingtaine de Caudanais à nous retrouver à Auray ce dimanche 22 septembre. La journée était très bien organisée ; nous pouvions y aller en car tout en ayant la possibilité de faire un bout du pèlerinage à pied à partir de Mériadec.

Finalement deux bus étaient affrétés au départ de Lorient et je me retrouvais avec quelques Caudanais marcheurs. À Mériadec nous étions divisés en 4 ou 5 groupes conduits par des prêtres. Mikaël, Stéphanie, Angèle et moi étions dans le groupe du Père Olivier qui nous guidait spirituellement sur cette belle route campagnarde. Le chapelet de Sainte-Anne suivi de prières à Marie nous ouvrait le cœur et c'est joyeux que nous arrivâmes au Sanctuaire.

Devant la fontaine du Sanctuaire, d'autres Caudanais nous attendaient et après la bénédiction de notre évêque, nous et les autres paroissiens du doyenné sommes entrés dans la basilique pour participer à la célébration de la messe.

20190922 125625 

Puis, nous nous sommes dirigés vers la salle Jean Paul II pour le pique-nique. Les plus habiles d'entre nous ont mis les tables en place, les autres ont disposé les chaises (nettement moins lourdes). Les échanges étaient très chaleureux. Divers desserts faisaient le tour de la table pour être partagés et, comme ils étaient très bons, ils ne passaient qu'une seule fois…

Ensuite certains Caudanais sont rentrés, d'autres ont profité de la journée du patrimoine pour visiter le cloitre et le musée. Vers 16h les bus n'attendaient plus que deux personnes et nous sommes finalement arrivés vers 17h30 à Lorient.

C'était mon premier pèlerinage vers Sainte-Anne ; je ne m'attendais pas à une si belle et profonde expérience, pleine de grâce.

Je me suis déjà promis d'y participer à nouveau l'année prochaine et j’invite vivement tous ceux et celles qui n'ont pas eu l'occasion de venir cette année, à participer au pèlerinage en 2020.

Je remercie nos prêtres pour cette belle initiative parfaitement organisée.

8 septembre 2019 : Ite, missa est

Yann1Oui la messe fut dite et de l’avis de toute l’assemblée elle fut bien dite. C’était, souvenez-vous, le dimanche 8 septembre dernier. La célébration dominicale avait un attrait particulier puisque le Père Yann Vagneux, missionnaire en Inde, avait donné rendez-vous à toutes celles et ceux qui, l’ayant bien connu à l’époque de son adolescence et suivi dans son parcours de prêtre et de missionnaire, se faisaient une joie de le retrouver à cette occasion. De fait, l’assemblée était plus étoffée que d’ordinaire.

Rien n’avait été négligé pour que cette célébration soit belle : Cyrille Le Roscoët était à l’orgue, tandis que Yannick Gesrel, très en voix, tenait la baguette pour diriger les chants. Pour le célébrant, j’imagine tout ce que ce retour aux sources devait avoir d’émouvant face à tous ces visages connus et aimés. Mais rien ne pouvait le distraire de son rôle de prêtre et il n’a eu aucun mal à nous faire entrer dans cette communion avec le Christ par son attitude et ses paroles de bienvenue. Permettez-moi de vous faire part d’une anecdote. Nous étions en région parisienne à la fin du siècle dernier et nous avions invité Yann, en cours d’étude à Paris, pour déjeuner. Comme c’était un dimanche je lui avais proposé de venir assez tôt pour que nous puissions assister ensemble à la célébration dominicale. En route vers la cathédrale nous devisions joyeusement, riant de tout et de rien. À peine installé dans l’église, Yann était déjà en communion avec le Christ et rien n’aurait pu l’en détourner ; c’est là que j’ai compris qu’il était habité par l’Esprit.

Yann2Au moment de l’homélie, il aurait pu, comme il l’a dit lui-même, dans cette église où il a grandi et où il a découvert l’évangile, être tenté de faire une homélie trop personnelle. Au lieu de cela il s’est attaché à nous faire comprendre l’évangile du jour dans laquelle il est écrit : « Si quelqu’un vient à moi sans me préférer à son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères et ses sœurs, et même sa propre vie, il ne peut être mon disciple ». Face à cette parole bien rude le Père Yann s’est attaché à nous faire comprendre qu’il ne s’agit pas d’abandonner sa famille, mais de la faire monter plus haut. C’est disait-il : « aller vers une fraternité toujours plus grande qui nous est promise pour que notre cœur quitte les petites pièces étriquées afin de « sentir battre le cœur du monde » selon l’expression du cardinal Roger Etchegaray. »

Nourris de cette parole vivifiante, nous nous sommes approchés de la sainte table pour devenir ce que nous recevions : le Corps du Christ…

Après ces nourritures spirituelles, Laurette et Bernard avaient organisé à la salle des fêtes de la mairie une petite réunion conviviale à laquelle toute l’assemblée était invitée. Une belle occasion pour chacun de faire avec Yann, dans un cadre plus appro-prié, le point de nos actualités respectives.

La messe étant dite, l’après messe fut une belle réussite.
Un grand merci à ses organisateurs.

20 avril 2019 : Réunion à propos du devenir du presbytère

Préambule

Une quarantaine de personnes étaient présentes à la réunion du 20 avril 2019 présidée par le Vicaire Général Ivan Brient, salle Glenmor.

Le père Ivan nous a donné un résumé de la situation à ce jour. Son intervention fut suivie d'échanges avec les paroissiens pendant une bonne heure.

La rencontre s'est terminée par le partage du verre de l'amitié.

 

Le PresbytèrePresbitere3

Réflexion sur la question de vendre ou de restaurer le bâtiment.

  • Est-il raisonnable de restaurer le presbytère dont les normes ne correspondent plus aux besoins actuels ?
  • A-t-on aujourd'hui besoin d'autant d'espaces, n'est-il pas plus raisonnable de partir sur un nouveau projet moins énergivore et présentant moins de frais de fonctionnement ?

 

Après la visite de l'économat de notre diocèse en 2018, les frais de restauration estimés à environ 200 000 € nous poussent à proposer un projet durable tourné vers l'avenir.

Il faut réussir à faire le deuil de ce bâtiment qui a joué un rôle important dans la vie des paroissiens caudanais : des moments de joie et de tristesse, d'échange et de réflexion.

Alors quelles solutions pouvons-nous apporter ? À ce jour il y en a trois :

  • Vendre et acheter ailleurs.
  • Vendre et construire ailleurs.
  • Vendre à un promoteur immobilier qui inclura un espace pour la paroisse et son prêtre au même endroit. Un tel projet a été réalisé à Saint Guen, il est considéré comme très réussi.

 

Période de transition en attendant la nouvelle construction

  • Pour le prêtre :
    Le père Ivan Brient a pu constater l'année passée le mauvais état du logement pour le prêtre dans le presbytère (humidité très prononcée, problèmes de canalisations, d'isolation…) et a pris la décision de louer provisoirement pour le Père Sanctus un appartement dans Caudan. Plus tard, la question se posera de savoir si le prêtre de Caudan continuera à résider à Caudan ou bien rejoindra-t-il ses confrères dans le presbytère récemment rénové à Lanester ?

  • Pour les utilisateurs du presbytère :
    Reste à choisir la solution transitoire concernant les locaux où pourront se retrouver les équipes et bénévoles de la paroisse, l'animatrice et le prêtre, et où nous pourrons accueillir les Caudanais demandeurs d'un service.
    Le Père Sanctus, le Conseil Économique et le G.A.P. étudieront les différentes possibilités qui s'offrent dans les locaux de l'église - possibilités d'aménagement ? Ou plutôt trouver des locaux existants en dehors de l'église voire des locaux éphémères.
    Ils travailleront aussi sur les besoins du nouveau bâtiment. Ensuite une réunion sera organisée à ce sujet avec les paroissiens.

 

La Paroisse et son presbytère

Caudan, une ville en plein mouvement avec sa dynamique de croissance - le nouveau quartier de Lenn Sec’h - attire des jeunes ménages. Avec la bonne coopération qui existe entre les écoles et la paroisse, nous pouvons prendre cette dynamique comme une chance pour attirer de nouveaux paroissiens.

L'image du futur presbytère doit donner envie aux nouveaux Caudanais de pousser la porte… car la paroisse de Caudan restera indépendante. (Toutefois il se peut que dans le futur nous ayons un prêtre à partager avec plusieurs paroisses).

16 avril 2019 : Message de notre Évêque, dans l'attente de la Résurrection...

image001

Notre Évêque s’est adressé aux fidèles et aux prêtres au cours de la Messe Chrismale :

« La prise de conscience, trop récente, des souffrances suscitées chez les victimes par les actes scandaleux de certains prêtres…doit nous pousser à une purification et à une demande de pardon, car le péché d’un seul rejaillit sur l’ensemble du presbyterium. Mais en ces temps difficiles, (…) je voudrais redire aux prêtres toute mon admiration et mon estime pour leur engagement, pour le don qu’ils ont fait de leur vie, pour leur investissement au service du peuple de Dieu et les inviter à l’espérance. »

Monseigneur a évoqué l’incendie survenu lundi soir à Notre-Dame de Paris et l’évènement offre une parabole de l’Église en ce temps : le feu a pris dans la cathédrale, comme il prend aujourd’hui dans l’Église et menace de se propager ; des pompiers ont réagi avec efficacité et professionnalisme, de même qu’aujourd’hui, on peut penser que la prière de milliers de fidèles de bonne volonté, empêche les insultes et le soupçon de faire leur œuvre funeste.

A Notre-Dame, les structures de la cathédrale et les tours ont tenu bon, image de l’Église qui repose sur la Foi indéfectible de Pierre.

image002