Les articles "Histoire de la paroisse" sont extraits du Clocher et rédigés par Jacques Pencréa'ch.

 

Histoire de la paroisse - 3 - 2017

« Une cloche sonne, sonne… sa voix d'écho en écho... », chantait Édith Piaf. Toutes les cloches ont une longue histoire. Celles de notre ancienne église aussi. Elles furent brisées en août 1944 lors du dynamitage de la tour, mais les morceaux essentiels purent être récupérés dans les gravats. Ils furent refondus pour donner, avec l'apport de métal supplémentaire, trois de nos cloches actuelles (les trois plus petites) en mars 1947. La quatrième, le bourdon, fut acquis et mis à sa place en octobre 1961. Le beffroi qui les supporte a été dessiné par Yves Guillou, l'architecte de l'église. D'aspect harmonieux et ajouré, il laisse entrevoir les cloches...

Lire la suite...

Histoire de la paroisse - 2 - 2017

« À quelque chose malheur est bon » nous dit le proverbe. Revenons brièvement à notre histoire locale : En août 1944, à l'arrivée des premiers Américains à Caudan, l'occupant allemand panique et commet de nombreuses et violentes exactions ; entre autres, il dynamite l'église paroissiale dont il ne restera que des ruines. À la libération, en mai 1945, la France commence à rebâtir grâce aux « dommages de guerre » du Ministère de la Reconstruction. C'est ainsi qu'une nouvelle église fut construite à l'emplacement de l'ancienne, à Caudan. Sa consécration eut lieu le 12 avril 1962...

Lire la suite...

Histoire de la paroisse - 10 - 2016

Durant leurs congés de cet été, le Père jean louis et son frère Julien ont participé dans leur pays de Madagascar au « famadihana ». Cette cérémonie traditionnelle est aussi appelée « retournement des morts ». C'est une coutume qui consiste à envelopper les défunts dans de nouveaux linceuls de soie afin qu'ils ne prennent pas froid, c'est pour cette raison qu'elle se déroule durant l'hiver de ce pays (juin à septembre). Pour cette opération il faut sortir les corps des tombeaux de pierre dans lesquels ils ont été posés. La pierre chez eux est un élément noble réservé à cet effet. Les tombeaux sont des sortes de mausolée dans lesquels les corps sont posés dans des alvéoles. À l'origine le « famadihana » était pratiqué pour les personnes décédées loin de leur région d'origine à l'occasion de leur rapatriement dans le caveau familial afin qu'ils reposent définitivement près des leurs...

Lire la suite...

Histoire de la paroisse - 9 - 2016

Cet été, nous avons eu l'occasion de rencontrer le frère de Jean-Louis, Julien, venu passer trois semaines de vacances à Caudan ; il a même tenu nos orgues à l'occasion d'une messe du samedi. D'une fratrie de dix enfants, sept garçons et trois filles, Julien occupe le 8ème rang. Né le 31 mai 1972, il a donc 42 ans...

Lire la suite...

Histoire de la paroisse - 8 - 2016

Dimanche 7 août. Comme tous les ans, en ce premier dimanche du mois d'août, nous avons célébré la fête de Notre-Dame-du-Trescouët. La messe de 10h30 fut célébrée par le frère Innocents de la paroisse Saint Christophe. Depuis l'année dernière ce sont les prêtres de cette paroisse qui assurent le culte à Caudan durant les vacances du Père Jean-Louis. La chapelle, toujours aussi bien fleurie, a accueilli une nombreuse assistance. À l'issue de l'office, après le partage du traditionnel gâteau breton, les fidèles furent invités à suivre la procession jusque dans l'enceinte de l'hôpital, en reprenant des chants à la Vierge...

Lire la suite...

Histoire de la paroisse - 7 - 2016

Après la destruction de l'église paroissiale le 11 août 1944, il ne restait plus que nos deux chapelles, celle du Trescouët et celle du Nelhouët. Elles avaient été relativement épargnées durant ces années de guerre, par contre elles manquaient de travaux d'entretien. Malgré tout, elles purent être utilisées pour le culte de la paroisse. Les messes dominicales furent principalement célébrées au Trescouët pour les paroissiens restés chez eux mais aussi pour les hommes en garnison dans le secteur, Français comme Américains. « À la suite d'une démarche faite près des Américains, j'ai la satisfaction de pouvoir vous annoncer qu'on m'a fait la promesse de ne pas mettre en action les canons de la batterie la plus proche de la chapelle tous les matins du dimanche avant que les messes ne soient totalement terminées, sauf évidemment en cas d'absolue nécessité » (annonce faite par l'abbé Jeffredo au prône du 17 décembre 1944)...

Lire la suite...

Histoire de la paroisse - 6 - 2016

La poche de LorientLa « poche de Lorient » allait durer 277 jours. La commune de Caudan y était en partie incluse. Jusqu'au mois d'août 1944 la population hésitait et ne s'était pas encore trop réfugiée dans les bourgs et villages des environs, plus en sécurité. Les bombardements et exactions commises par l'occupant durant la première quinzaine de ce mois d'août eurent raison des hésitants, « le presbytère et maisons du bourg n'existent que meurtries, incendiées, en ruine, inhabitables, la population évacue » note l'abbé Jeffredo en charge de la paroisse. Combien d'habitants restait-il à Caudan ? Très peu, guère plus qu'à Lanester où l'on n'en comptait que 185 durant cette période. La campagne aussi était déserte, surtout la partie sud de la commune ; les exploitants avaient fui (principalement à Cléguer, Plouay) amenant avec eux leur bétail... tristes images.

La « poche » était bien gardée pour éviter une sortie des troupes allemandes. Elles firent quelques tentatives, mais rapidement maîtrisées. En réalité, les deux camps étaient sur la défensive, l'armée Allemande voulant conserver sa base stratégique. La zone bordant Caudan était principalement défendue par les Américains, l'autre côté du Blavet, par les Forces Françaises de l'Intérieur. Comment dans de telles conditions vivait notre Paroisse ?

Le presbytère, déjà ancien, fut mis à mal le 10 août 1944 lors du dynamitage de l'église ; il reçut plusieurs éclats de pierre endommageant gravement le toit. L'abbé Jeffredo ne put y résider et trouva refuge à Saint-Sulan. Les religieuses de l'école Saint Joseph se dirigèrent vers le Gorvello et organisèrent l'accueil de leurs élèves (filles) à la rentrée 1944, dans un premier temps 135 fillettes de Caudan, plus tard rejointes par le cours complémentaire du Gorvello et l'ensemble de la communauté. Seules 2 sœurs, sœur Hélène, l'infirmière et sœur Léonie, restèrent sur place et trouvèrent refuge à Saint-Sulan également, où elles vécurent 7 mois...

Lire la suite...