Actualité de la Paroisse

17-18 novembre 2018 : Quel bel anniversaire !

Toutes celles et ceux qui ont partagé les moments forts de ces festivités du 50ème anniversaire de l’orgue doivent désormais entretenir l’espoir suscité par le Père Sanctus, à la fin de la messe : être présent pour fêter le 100ème. Je ne sais pas si nous serons tous là, mais ce que l’on peut raisonnablement souhaiter, c’est qu’il soit aussi bien réussi.

Orgue Caudan

Plusieurs manifestations étaient organisées dans le cadre de cet anniversaire et bien que le rideau ne soit pas encore tout à fait tombé, il paraît judicieux d’effectuer un petit retour en arrière pour savourer ces instants de plaisir que ces festivités nous ont procurés.

Le samedi matin, par exemple, pendant sa conférence, Jean-Yves Le Juge nous a brillamment rappelé l’histoire de cet orgue. On doit son acquisition à la pugnacité d’un vicaire de la paroisse, l’abbé Louis Guillaume, qui a su convaincre le Maire et le Sous-Préfet que le reliquat des crédits affectés à la reconstruction de l’église pouvait être investi dans la création d’un orgue. Nous avons compris que lorsque que l’on passe un marché pour acquérir un tel instrument il faut savoir faire preuve de patience, ce qui n’exclut pas la nécessité de rappeler le titulaire du marché à ses devoirs, chose faite par la paroisse et par le Maire. Un autre volet de la conférence nous a éclairés sur la facture d’orgue alsacienne Schwenkedel et surtout sur la composition d’un tel instrument dont on ne soupçonne, a priori, ni la complexité ni la manière dont il fonctionne.

Après cette approche théorique nous étions invités à nous déplacer jusqu’à l’église pour une découverte plus pratique de l’instrument et de ses multiples possibilités. Des possibilités résultant des tirettes permettant de mettre en œuvre le bourdon, la flûte à cheminée, le nasard et bien d’autres jeux. Possibilités résultant aussi du pédalier qui permet, par un jeu subtil qui tient parfois de l’acrobatie, d’en tirer encore d’autres sonorités.

Pour la vingtaine de personnes présentes, ce fût un enchantement de suivre Jean-Yves Le Juge dans ses explications claires et concises tendant vers un seul but : mettre à la portée de toutes et de tous le fonctionnement de cet instrument dont la compréhension échappe au commun des mortels.

SAM 0627

C’est aussi dans ce même esprit d’ouverture à tous que Jean-Yves Le Juge a conçu et réalisé l’exposition qui permet de suivre la vie de notre orgue depuis son origine jusqu’à nos jours. Le nom des titulaires permanents ou occasionnels y sont inscrits. Je voudrais ici réparer un oubli en rappelant que Geneviève Ozouf, pendant de très longues années et jusqu’à la survenue de la maladie, a animé à l’orgue nos messes dominicales. Je m’en veux d’autant plus de l’avoir oubliée qu’à de nombreuses occasions elle m’a aidé à déchiffrer quelques partitions de psaumes notamment sur son orgue personnel.

Cette exposition installée au fond de l’église sera déplacée à la médiathèque où elle pourra être appréciée d’un plus large public jusqu’au 24 novembre. Outre l’exposition elle-même, les visiteurs pourront voir sur un écran un petit enregistrement du concert.

Autre temps fort de cet anniversaire : la messe d’action de grâce. C’est en effet, comme l’a si bien rappelé le Père Sanctus, une grâce de pouvoir disposer dans notre église d’un si bel instrument. Au terme de ces cinquante années de bons et loyaux services, il méritait bien une messe. Les fidèles en étaient convaincus et ils se sont déplacés en nombre pour assister à cette célébration. Il serait exagéré de dire que l’église était pleine mais elle était remplie bien au-delà de la participation habituelle à nos messes dominicales. On retiendra de cette messe l’ambiance priante, recueillie et chantante, l’assemblée étant soutenue par une chorale constituée pour la circonstance avec le précieux concours de Jean-Pierre Leclercq qui avait bien voulu diriger les répétitions. Dans son homélie le Père Sanctus nous rappelait tout ce que nous devons à cet orgue qui rehausse le caractère sacré de nos célébrations et nous aide à faire monter nos prières avec encore plus de ferveur.

À la fin de la messe la foule des fidèles s’est dispersée en hâte pour ne pas manquer le rendez-vous de 15h.

En effet, s’il est un rendez-vous qu’il ne fallait pas manquer, c’est bien celui-là. De l’avis de tous, ce fut un succès. Prenant la parole au terme de ce concert, Laurette Vagneux avait bien raison de souligner combien il lui était difficile de venir ainsi rompre l’enchantement procuré par ce concert et particulièrement par cette cantate 147 de Jean-Sébastien Bach soutenue par les voix célestes des choristes. Une cantate en forme de prière que nous faisions nôtre à cet instant : « Jésus que ma Joie demeure ».

SAM 0637   Copie

Caudanais ne se sont pas trompés en répondant en grand nombre à cette invitation. Certes il restait encore quelques places au fond de l’église qui accueillait la foule des grands jours. Si l’on en juge d’après les commentaires des uns et des autres, tous les spectateurs ont été séduits par les talents de l’organiste, Florence Rousseau. Elle avait choisi un répertoire qui lui permettait de mettre en relief toute la palette et la puissance musicale de cet orgue. Séduits, ils l’ont été aussi par les voix de l’ensemble vocal « Phonie Douce », seules ou accompagnées à l’orgue. Par un répertoire original, elles nous ont transportés dans le temps et dans l’espace, pour nous faire admirer tantôt des aurores boréales avec Ola Gjeilo, tantôt l’étoile du matin avec Arvo Pärt. Chacun garde encore en mémoire ce moment où le chœur est monté à la tribune pour réaliser une harmonie on ne peut plus heureuse avec l’orgue et interpréter des œuvres de Bach et de Vivaldi.

SAM 0639   Copie

Merci à vous tous, les artistes, pour ces moments merveilleux que nous avons passés à vous écouter. Un merci particulier à Florence Rousseau qui nous a séduits autant par ses talents d’organiste que par sa simplicité. Il est vrai que la simplicité est la marque des plus grands, ceux dont le talent est si évident qu’ils n’ont pas besoin de paraître pour exister.

8 et 15 décembre 2018 : Deux temps de réflexion et de méditation

Suivant la lettre pastorale de notre évêque, durant ce temps de l'Avent, il nous est proposé de vivre pleinement le jubilé de St Vincent Ferrier.

C'est ainsi que le GAP souhaite organiser deux temps de réflexion et de méditation,
les 8 et 15 décembre, de 16h30 à 18h à l’église.

Dans un premier temps avec pour fil conducteur "Ma conversion fut à Avignon" et la tienne ? 
et un second temps autour de l’urgence de l’évangélisation : Quel disciple missionnaire suis-je ? 

Donnons-nous ainsi l'occasion de nous retrouver pour échanger, partager nos expériences, nos idées,
ce qui fait de nous des chrétiens souhaitant vivre la Bonne Nouvelle au sein de notre paroisse et dans nos diverses missions.

N'hésitez pas à en parler autour de vous afin que ces temps d'échanges soient richesse
pour le plus grand nombre ainsi que pour le dynamisme de notre paroisse.

Ouverture quotidienne de notre église

Eglise de CaudanLes membres du GAP ainsi que d’autres personnes de la paroisse sont favorables à l’ouverture quotidienne de notre église, ouverture pour nous, paroissiens, mais aussi pour tous les habitants de notre cité et celles et ceux qui sont de passage.

Cette ouverture impose cependant quelques précautions (s’assurer du rangement des micros dans la sacristie, de la fermeture de la porte d’accès de l’église à la sacristie...).

Les horaires d’ouverture et de fermeture doivent être définis et fixes sur une longue période, en fonction de la saison (été/hiver).

Bien sûr, pour réaliser tout cela, il faut des bonnes volontés ! Quelques-uns déjà sont prêts à assurer ce service d’Église mais plus nous serons nombreux, plus légère sera la charge !!!

Si vous êtes intéressé, merci de contacter le presbytère.

Nouveauté sur le site de la paroisse

Site paroissial

Dorénavant chacun peut s'inscrire à une « newsletter » sur la page d'accueil du site de la paroisse en cliquant sur :
« Je souhaite être informé(e) de l'actualité de la paroisse ».

Par ce biais vous recevrez l'agenda mensuel et des annonces.
Les bénévoles peuvent ainsi faire passer des messages et des informations après aval du texte par le père Sanctus ou le GAP (Els).