Histoire et Culture

Les articles "Histoire de la paroisse" sont extraits du Clocher et rédigés par Jacques Pencréa'ch.

 

Histoire de la paroisse - 4 - 2018

C'est lors d'une étape au Puy-en-Velay en octobre 1416 que Vincent Ferrier reçut une première invitation du Duc de Bretagne, Jean V, lui demandant de venir enseigner aux Bretons la foi catholique et rétablir la paix entre les partisans du roi de France et celui d'Angleterre. Nous étions en pleine guerre de cent ans, et c'est en 1417, après d'autres invitations pressantes, que finalement Vincent Ferrier se décide à faire route vers la Bretagne. En ce début du XVème siècle, les moyens de se déplacer sont rudimentaires, Vincent et ses compagnons vont à pied. Tout un cortège se déplace avec eux, de tous milieux sociaux, nobles, gens du peuple, riches et pauvres, prêtres, moines, malades en quête de guérison, flagellants torse nu. Aidé de son ânesse qui le porte à l'occasion, Vincent s'avance au milieu de tout ce monde, entouré de frères Dominicains. Quand on arrive en agglomération, le cortège s'arrête, Vincent entre dans l'église locale pour prier et réfléchir à ce qu'il dira à la population, puis il se retire dans une communauté religieuse pour se restaurer d'une manière très frugale et se reposer. Le lendemain, dès le lever du jour, il célèbre une messe solennelle comme il les aime avec de beaux chants, une belle musique et il commence sa prédication.

Vincent et son cortège arrivent à Vannes le 4 mars 1418. L’accueil et la première célébration se font le lendemain, 4ème dimanche de carême, sur la place des Lices. Une foule nombreuse s'est déplacée. Vincent célèbre une grand-messe sur une vaste estrade, décorée de riches draperies. Il prêche en Valencien, il parle, il parle... comme tout Espagnol, mais les Bretons le comprennent. Ses thèmes favoris seront toujours la fin du monde, la venue de l'Antéchrist et le jugement dernier. C'est l'occasion pour lui de découvrir la population Bretonne du Moyen-Âge : laborieuse, pauvre, religieuse, attachée aux superstitions et livrée à toutes sortes de désordres moraux. Vincent reste à Vannes 23 jours, il prêche, rend visite, impose les mains et guérit quelques malades. Il repart le 29 mars, mardi de Pâques. Suivons-le dans son périple Breton : il remonte vers le nord, Theix, Muzillac, et arrive à Rennes où plus de 30 000 personnes sont venues l'entendre. Il va tenter de négocier une paix en rencontrant le roi d'Angleterre Henri V à Caen, mais en vain. Retour en Bretagne par Avranches et Dol, Dinan. L'évêque de Saint-Brieuc accueille le saint homme et veut l'obliger à se reposer une dizaine de jours mais Vincent continue : Guingamp, Tréguier, Morlaix, Saint-Pol-de-Léon puis descend jusqu'à Quimper, Concarneau. De là il se dirige vers l'Est, Quimperlé, Hennebont (pourquoi pas Caudan, c'est sur la route, mais il n'y a pas de traces dans les archives). Il remonte un peu vers l'intérieur, à Guémené à l'invitation du vicomte de Rohanpuis à Josselin. Quittons un instant Vincent, usé et fatigué.

Tro Breiz

Son parcours ressemble étrangement, ville par ville, à celui du Tro Breiz actuel, les sept saints fondateurs de la Bretagne furent visités : St Samson à Dol, St Malo, St Brieuc, St Tugdual à Tréguier, St Pol Aurélien, St Corentin à Quimper et St Patern à Vannes. Vincent fut le précurseur de cette marche de 700 kilomètres. Suivant la légende, tout Breton qui l'accomplit est certain de gagner son paradis ! (Il n'est pas trop tard pour s'inscrire, l'édition 2018, Saint-Brieuc à Tréguier, débute le 30 juillet)... (à suivre : mort, vénération à Saint Vincent)

Histoire de la paroisse - 3 - 2018

Dans une lettre adressée à tous les fidèles de son Diocèse Mgr Centène annonce l'ouverture de l'année Jubilaire en l'honneur du 600ème anniversaire de la mort de St Vincent Ferrier, pour commémorer la durée de son séjour en Bretagne, durant lequel il est décédé à Vannes le 5 avril 1419. Aussi avons-nous souhaité en savoir un peu plus sur ce saint homme.

SAM 0560

Vincent Ferrier est né le 22 janvier 1350 à Valence, ville Espagnole située sur la côte Est méditerranéenne à 500 kms au Sud de Perpignan, dans une famille d'origine Écossaise. Le père de Vincent, Guillaume Ferrer (en Français Ferrier), était notaire. Ce nom est encore très répandu à Valence. Il fut baptisé en l'église San Estevan, on lui donna le prénom de Vincent en l'honneur d'un autre Saint Vincent, martyr de la foi. À huit ans il entre à l'école, à 17 ans il entre comme novice chez les frères prêcheurs de Valence. Il poursuit ses études de philosophie et de théologie à Barcelone et à Toulouse durant dix années et revient à Valence pour être ordonné prêtre à vingt-huit ans. Sa vie active va maintenant commencer. Cette année-là le grand schisme d'occident est venu semer le trouble dans l’Église Chrétienne : un Pape vient d'être élu à Rome sous le nom d'Urbain VI. Les cardinaux prétendent avoir cédé à la pression populaire et certains d'entre eux réunis en Avignon vont en élire un second, Clément VII. Vincent Ferrier se prononce pour ce dernier et entraîne dans son sillage le roi d'Aragon et de Castille. À la mort de Clément VII, c'est Pierre de Luna, compatriote et ami de Vincent Ferrier, qui devient Pape sous le nom de Benoît XIII et l'appelle près de lui à Avignon. Il en sera le conseiller et le confesseur durant trois années, mais bientôt Vincent tombe malade.

SAM 0554
Le Christ lui apparaît en songe escorté de St Dominique et de St François, il reçoit la mission d'aller prêcher de par le monde. Il se relève guéri et part vers son destin. D'autres évènements d'époque ne facilitèrent pas sa tâche, particulièrement en France : la guerre de cent ans qui de 1337 à 1453 semait partout le deuil, la ruine et la tristement célèbre peste noire apparue en Europe au milieu du 14ème siècle. Plus de la moitié de la population de l'Europe - dit-on - fut emportée par cette épidémie. Vincent Ferrier a donc vécu dans cette société qui avait la hantise de la peste et de la mort, mais nommé « légat du Christ », ce titre lui donne des ailes, il quitte Avignon et entame sa vie de prédicateur itinérant qui durera vingt ans : il parcourt l'Espagne, le sud-ouest de la France, les Alpes Dauphinoises, l’Italie du Nord, la Suisse, quelques provinces d'Allemagne, la vallée du Rhône, le centre de la France pour terminer sa course en Bretagne. Il ne connaît ni trêve ni repos et parcourt tous ces pays à pied et sur une ânesse lorsque l'âge et la fatigue l'y auront contraint...  (à suivre : son séjour en Bretagne)

Histoire de la paroisse - 2 - 2018

Depuis son installation, Jean-Louis nous a communiqué quelques précisions sur sa nouvelle mission. Il a été intronisé le 4 novembre, responsable de la paroisse et du secteur d'Ambolotara. Un délégué de l'évêque d'Antsirabé présidait la cérémonie qui débuta à 9h. Plus de mille fidèles venus très tôt, avaient tenu à y assister après avoir, pour la plupart, dû faire plus de 10 kms de marche. Avant l'office religieux, il y eu des confessions, des récitations du rosaire, des processions, le tout en plein air bien sûr...

Lire la suite...

Histoire de la paroisse - 1 - 2018

Le Père Jean-Louis nous a quittés il y a plus de trois mois, mais il n'oublie pas Caudan et nous donne régulièrement de ses nouvelles. Il a refoulé le sol de sa grande île le 19 septembre et après de nombreuses et longues tracasseries administratives, il a pu enfin récupérer la totalité de ses bagages...

Lire la suite...

Histoire de la paroisse - 10 - 2017

1er novembre : la Toussaint

Comme dans les autres paroisses, en ce premier jour de novembre, nous avons l'espace d'un instant, fait taire nos préoccupations du moment pour tourner nos pensées vers celles et ceux qui nous ont précédé et auxquels nous attachent des liens de sang et d'affection. Nous avons fait parfois de longs kilomètres pour aller fleurir la tombe de nos parents et de nos proches...

Lire la suite...

Histoire de la paroisse - 8 - 2017

 Comme tous les ans durant ce mois d'août, nous avons été fidèles à nos pardons traditionnels, celui du Trescouët le 6 août et celui du Nelhouët le 27 août. C'est notre recteur Jean-Louis qui, pour une dernière fois, a présidé ces deux pardons...

Lire la suite...

Histoire de la paroisse - 7 - 2017

15 septembre 2013 - 17 septembre 2017 : quatre années au service de la paroisse de Caudan dans le cadre de « Fidei Donum », le don de la foi. Par ces deux mots, le Pape Pie XII invitait les diocèses riches en nombre de prêtres à mettre à disposition de diocèses plus pauvres quelques pasteurs pour une expérience pastorale et pour un temps donné. Par décision commune des évêques d'Antsirabé et de Vannes, Jean-Louis cesse d'exercer son ministère chez nous et retourne dans sa « grande île »...

Lire la suite...