Histoire de la paroisse 2012

Histoire de la paroisse - 7 - 2012

Si les recteurs « d’après-guerre » restèrent relativement longtemps à Caudan (Les abbés Le Lausque de 1945 à 1957, Lancelot de 1957 à 1971), il n’en fut pas de même pour les vicaires : ainsi se sont succédés durant cette période, les abbés Péron (46-48) ;  Raoult (48-51) décédé en décembre 2005 à Lorient ; Moguédec (51-55), puis quatre ans à Melrand ; Dugor (55-58) ; Le Livec (58-62) ; Guillaume (62-67), décédé en sa paroisse de Saint Gilles de la Réunion ; Le Digol (67-71) décédé en octobre 1970 à Penquesten, à l’âge de 45 ans ; Tristant (71-78), actuellement à la maison de retraite de Saint Joachim à Sainte Anne d’Auray. Les derniers vicaires-instituteurs furent les abbés Le Priol (45-52) actuellement à Saint-Joachim et Le Picot (52-62) retiré à Larmor ; ces derniers furent remplacés par du personnel laïc...

Lire la suite...

Histoire de la paroisse - 6 - 2012

Le 24 juin dernier nous avons fêté les 50 ans de notre église, nous allons maintenant évoquer la vie de notre paroisse depuis cette époque. En 1962, l’abbé Lancelot était recteur, il le restera jusqu’en septembre 1971 et l’abbé Guillaume vicaire ; ce dernier quittera Caudan en septembre 1962, il exerça ensuite son ministère à l’ile de la Réunion où il décéda et où il fut inhumé. Monsieur Gaudin était maire de la commune du 22 mars 1959 au 28 mars 1971, entre 1953 et 1977 il exerce par ailleurs les fonctions d’adjoint...

Lire la suite...

Histoire de la paroisse - 5 - 2012

Nous fêterons le cinquantième anniversaire de la consécration de notre église paroissiale (12 avril 1962) le dimanche 24 juin prochain. Ce ne sera pas la première fois que les paroissiens fêteront l’anniversaire de leur église : ce fut déjà le cas, pour ses 30 ans le 21 octobre 1992 ; cette date d’octobre rappelait en même temps la date de la pose de la première pierre qui fut scellée le 14 octobre 1960 par Monseigneur Bellec, évêque de Vannes...

Lire la suite...

Histoire de la paroisse - 4 - 2012

Construire une église nécessite bien sûr un important investissement financier, qui fut assuré chez nous grâce aux dommages de guerre. En 1958, cette créance se chiffrait  en valeur de l’époque à 114 118 080 francs (honoraires exclus)...

Lire la suite...

Histoire de la paroisse - 2 - 2012

Notre église actuelle fut consacrée le 12 avril 1962 (il y aura très bientôt 50 ans...), avec quelques mois de retard : elle aurait dû être achevée pour Noël 1961. La cérémonie de consécration fut présidée par l’évêque de Vannes Monseigneur Le Bellec, accompagné de Monseigneur Le Baron, vicaire général et « d’une soixantaine de prêtres, d’une douzaine de chanoines et d’une cinquantaine de religieuses. La messe de consécration fut célébrée par l’ancien recteur, l’abbé Le Lausque entouré à l’autel des deux recteurs voisins, l’abbé Aubernon, recteur de St Joseph du Plessis, et de l’abbé Toulan, recteur de Notre Dame du Pont comme diacre et sous-diacre »...

Lire la suite...

Histoire de la paroisse - 3 - 2012

Depuis le 12 avril 1962, notre église consacrée était ouverte au culte, mais durant l’année précédente, Caudan n’avait pas d’église ; en effet, le 5 avril 1961 avait commencé le déménagement du baraquement qui avait servi d’église paroissiale pendant plus de 10 ans ; il fut mis en vente un mois plus tôt, le 3 mai, par le service des domaines  et vendu à un monsieur de Languidic au prix de 220 000 francs en vue de le transformer en un immense poulailler…

Lire la suite...

Histoire de la paroisse - 1 - 2012

Le nom de monsieur Yves  Guillou revient souvent dans l’histoire de la reconstruction de Caudan : en plus de notre église, on lui doit en effet la poste et la mairie. Né à Plouézec (Côtes d’Armor) en 1915, il débuta ses études professionnelles à l’école des Beaux Arts à Rennes, puis à Paris à l’école supérieure. Le directeur de cette école fut destinataire d’une offre d’emploi émanant du génie rural du Morbihan ; seul breton de sa promotion Yves Guillou en fut le bénéficiaire et c’est ainsi qu’il devint morbihannais et on lui doit un nombre impressionnant d’édifices publics et de maisons particulières marquées par le concept du plain-pied, des toitures terrasses qui ont succédé aux maisons sans toit, dans un style qui inspire encore les dessinateurs d’aujourd’hui...

Lire la suite...