Ça s’est passé dans la paroisse

30 mars 2019 : Une fête inoubliable : le sacrement de confirmation

Le samedi 30 mars, les jeunes de Caudan et Lanester se préparant à la confirmation se sont retrouvés au Grand Chêne à Caudan de 9h30 à 16h. Nous nous préparons depuis le mois d’octobre à recevoir le sacrement de confirmation. Le moment de la célébration approche. Cela va être un grand jour pour nos jeunes et pour les adultes qui les ont accompagnés toute l’année.

Il est important de comprendre la signification de tout ce que nous allons célébrer le 2 juin : les gestes, les paroles, les actes. Ainsi, nous pourrons participer de manière adéquate et vivre pleinement ce beau moment. De cette manière ce sera une célébration qui va laisser une trace en nous.

La confirmation est une fête, puisque nous y trouvons :

  • Un évènement : la venue de l’Esprit Saint sur nous.
  • Un groupe : la communauté chrétienne qui nous accompagne.
  • Des attitudes : une participation active, une ouverture et un accueil de l’Esprit qui vient.
  • Des signes et des gestes : renouvellement des promesses du baptême, imposition des mains, onction sur le front.
  • Des effets : cela nous unit de manière plus forte au Christ et à l’Église, augmente en nous les dons de l’Esprit, nous fortifie pour être témoins du Christ.
  • Un climat : de la joie, de l’expressivité, du chant, de la fête, du plaisir, de l’enthousiasme.

Nous formons une communauté : la confirmation est un acte d’Église. C’est pour cela que sont présents la communauté chrétienne et l’évêque.

Huile dolive 2La célébration de la confirmation est présidée par l’évêque ou par son vicaire. En effet l’évêque est le successeur des apôtres, il préside la communauté diocésaine. Il nous accueille et nous relie plus pleinement à l’Église et nous envoie comme témoins du Christ.

Les parrain et marraine nous accompagnent de manière spéciale et nous présentent à la confirmation. Ils exercent un rôle de premier plan. Ils sont des guides, des appuis et un encouragement pour notre croissance dans la foi et pour l’accomplissement des engagements de la confirmation.

Le Saint-Chrême est composé d’huile mélangée à du parfum. Il est consacré par l’évêque le jour de la messe chrismale ce mardi 16 avril. À travers cette onction, nous sommes marqués par l’Esprit qui nous pénètre et nous emplit de ses dons. Nous sommes consacrés au Christ et destinés à être ses témoins.

Attitudes : accueil de l’Esprit qui vient sur nous, demande forte qu’Il nous comble de ses dons et de ses fruits.

Mots de jeunes :

  • Merci Françoise d’être toujours patiente et accueillante malgré nos attitudes, tu as su nous mettre sur le bon chemin et être à notre écoute.
  • Merci à nos jeunes de Caudan et Lanester qui ont pris du temps pour se préparer et se connaître lors de nos rencontres.
  • Merci au Père Olivier et au Père Sanctus pour leur partage avec les jeunes et le moment du pique-nique pris en commun.
IMGP5775

Merci aux jeunes et adultes qui ont répondu présents pour nos rencontres avec les confirmands.

17 mars 2019 : Le dimanche, un jour pas comme les autres ?

Le dimanche 17 mars, les enfants de CE1 en marche vers la première communion se sont retrouvés à l’église avec leurs aînés dans la foi. Un moment de partage, de convivialité, d’échanges.

Que vivons-nous le dimanche ? Moment de détente ? Promenade ? Jardinage ? Fête de famille ? Liturgie de la Parole ? Partage avec nos ainés dans la foi ? Éveil à la foi ?

Si le dimanche était comme un rendez-vous ? Le dimanche est-il la fin du week-end ou le premier jour de la semaine ? Rendez-vous, oui mais : « On n’arrête pas de courir », « voilà encore un dimanche de passé », « il faudrait prendre du temps ».

Ce temps nous le prenons un dimanche par mois avec les enfants des groupes de catéchèse, un beau moment de réflexion, du temps pour les écouter, des équipes pour les aider à comprendre les textes du jour. C’est une chance pour les petits et les grands.

Les CE1 et les aînés dans la foi ont pu travailler la prière du « Notre Père » ce dimanche 17 mars, prière que Jésus a apprise à ses disciples et qui s’adresse aussi à nous !

Au mois de mai, les enfants recevront lors de la célébration du « Notre Père » un support avec la prière, confectionné par leur aîné. Tu te poses beaucoup de questions et c’est normal. C’est vrai, mais au fur et à mesure, vous allez vous familiariser avec les rites et gestes de la liturgie. Ces rites et ces gestes prennent racine dans les textes de l’Ancien Testament et du Nouveau Testament.

Comprendre et vivre les différents moments de la messe t’aideront à découvrir que la messe est importante, qu’elle aide à vivre en chrétiens jour après jour.

Un grand merci à toutes les personnes qui s’investissent pour m’aider.

9 mars 2019 : Vivre le carême

Le samedi 9 mars les enfants en marche vers la première communion se sont retrouvés de 14h à 17h au presbytère.

IMG 0008

Un chemin à parcourir vers Pâques : Le temps du carême prépare les chrétiens à fêter Pâques, la résurrection de Jésus et à travers elle, l’espérance pour les hommes d’un mystérieux passage de la mort à la vie. Il s’étend sur 5 semaines (du Mercredi des Cendres au Samedi Saint) : 40 jours pour se convertir, pour revenir vers Dieu.

40 jours : Dans la bible, le chiffre 40 symbolise un temps très long : 40 jours de pluie au temps de Noé, 40 années d’errance du peuple de Dieu dans le désert, 40 jours au désert pour Jésus.

Un temps de conversion : Comme le décline l’évangile du Mercredi des Cendres, le carême invite au partage, à la prière et à l’aumône. Un moment de réflexion pour les enfants pour réfléchir à la façon dont ils vont essayer de changer leurs habitudes.

Le jeûne : C’est une dimension du carême abordée avec les enfants. Avec des mots simples pour leur expliquer que jeûner c’est se priver de quelque chose qui est important pour eux. C’est le moment de les aider à découvrir que certains besoins sont moins nécessaires qu’ils ne le croient.
Ils ont vite donné des exemples :

  •  Passer moins de temps devant la télévision, notre console de jeux 
  • Manger moins de friandises
  •  Prendre plus de temps avec nos copains et copines 
  • Donner un coup de main à la maison

La prière : C’est un moment important pour eux. C’est le moment ou on laisse monter les mots d’une prière qui fait écho à la parole entendue. On rend grâce à Dieu pour ses bienfaits, on lui parle de ceux qu’on aime. On lui confie nos préoccupations du jour, nos espoirs, on lui demande son aide, son pardon. Cette partie de la prière se fait en silence, ce qui permet un dialogue personnel avec Dieu.
Pour marquer ce temps personnel, les enfants ferment les yeux.
La prière est un moment pour nous confier, remercier pour notre journée, lui dire notre peine ou tout simplement dire le « Notre Père ».
Nous avons pris un temps avant de terminer notre temps fort dans notre coin prière. Chacun disait un mot pour dire merci, un temps de silence et personnel. Une pensée pour un être cher qui nous a quitté.

Le partage : Spontanément, ils ont envie d’aider ou d’offrir un jouet, une peluche, un livre à un enfant qui a moins de chance qu’eux.

Merci Benjamin pour le partage du goûter qu’il nous a offert.
Merci à Nanou de sa présence.

2 février 2019 : Journée baptême

Le samedi 2 février, 70 enfants ont répondu présent pour la rencontre baptême à Lorient dans les salles du Moustoir. Chaque année, une rencontre diocésaine est proposée à tous les enfants de 7 à 18 ans qui se préparent au baptême. Au programme : chorégraphie et saynète, ateliers, temps de prière et remise du bracelet violet des catéchumènes.

« Devenir chrétien, qu’est-ce cela change dans ma vie ? ». La question posée aux enfants forme le fil conducteur de ces rencontres organisées par le service diocésain de catéchèse et animées par plusieurs services et mouvements du diocèse.

La saynète, jouée par les animateurs, était l’occasion de rappeler les points essentiels du baptême : « Dieu connaît le prénom de chacun comme le berger connaît chacune de ses brebis et les appelle par leur nom ». « La croix nous rappelle que Jésus, le fils de Dieu, est mort sur la croix pour nous libérer du péché ». « Dieu nous parle dans la bible, c’est une parole vivante pour chacun de nous »…

« Comment fait-on pour ouvrir les oreilles de son cœur ? » demandait l’un des acteurs. Les enfants présents ont eu les oreilles du cœur largement ouvertes pour chanter, écouter, apprendre, prier. Plusieurs ateliers étaient proposés : décryptage et fabrication d’une icône, lecture priante de la bible, découverte de l’Enfance Missionnaire et de la Délégation Catholique pour la Coopération. À l’atelier de photolangage sur la croix une petite fille a levé le doigt avec assurance : « Dieu n’est pas méchant, il veut nous rendre heureux ».

Isabelle Bourdais, de la commission diocésaine d’art sacré, qui animait un atelier sur la mosaïque de l’arbre de Jessé, remarque, impressionnée : « Les enfants étaient très concentrés. Ils savaient déjà beaucoup de choses sur la foi et avaient une vraie soif de l’approfondir. Tout les intéressait, ils posaient beaucoup de questions. Quelle joie de les guider sur ce chemin ! ».

Une décision prise par l’enfant : Pendant les ateliers, parents, grands-mères ou marraines se sont retrouvés de leur côté. Tous ont mis en avant la décision prise librement par chaque enfant de demander le baptême et leur volonté à eux, adultes accompagnateurs, de soutenir son choix.

Journee bapteme

La rencontre s’est achevée par un temps de prière, avant la remise des bracelets violets des catéchumènes, signe du cheminement des enfants vers le baptême.

Un grand merci à toutes les personnes qui se sont investies dans la préparation de cette belle journée
et pour cette joie partagée tout au long de cette journée.

19 janvier 2019 : Le sacrement de la réconciliation

Le samedi 19 janvier, les jeunes de Caudan et Lanester se préparant à la confirmation se sont retrouvés dans les salles du Plessis pour se préparer au sacrement de la réconciliation.

IMGP5492

Jésus, un homme qui pardonne jusqu’au bout… Tout au long de sa vie, Jésus a pardonné. Ses paroles de pardon ont été réconfortantes mais aussi très exigeantes. Jésus invitait ceux qui étaient pardonnés à regarder en face ce qu’ils avaient fait et à changer réellement leur manière de vivre.

Avec la prière du « Notre Père », Jésus nous aide à trouver la force d’aimer et de pardonner comme lui. Le pardon est comme un pont là où le mal sépare et crée un vide. Il ouvre les portes sur un avenir où la confiance est plus forte que la méfiance.

On ne fait pas toujours que des choses bien ! Le mal, ce n’est pas seulement les guerres, le racisme, la pollution… Même les enfants sont capables d’être méchants, de rendre les autres malheureux… Toi aussi, tu peux être parfois responsable. Quand tu te disputes avec ton meilleur ami, tu es triste et tu as le cœur lourd.

Pardonner n’a rien à voir avec l’oubli, c’est « remettre sa dette à quelqu’un » par les mots. Le péché, c’est faire de la peine à Dieu et aux autres en choisissant le mal plutôt que le bien. Un péché est différent d’une bêtise : c’est dire ou faire quelque chose de mal volontairement comme : voler, désobéir, se venger, mentir.

Quand tu sais que ce que tu fais est mal, tu commets un péché. Dieu t’aime toujours, mais toi, tu te détournes de lui. Cela t’éloigne de Dieu et pourtant Dieu continue de t’aimer. Il t’attend et il te donne toujours son pardon si tu le lui demandes.

C’est difficile de demander pardon. Mais, si tu fais la paix avec lui, tu retrouves la joie d’être son ami.

Par le sacrement de réconciliation, nous reconnaissons ce que nous avons fait de mal et nous recevons le pardon de Dieu : c’est le moment merveilleux où nous redevenons son ami. Alors notre vie change : cela nous redonne notre position d’enfant de Dieu revivifié par son amour. Dieu est totalement victorieux dans notre vie : nous sommes rassurés.

Merci au Père Olivier et au prêtre de Quéven pour avoir pris du temps pour nos jeunes.

19 janvier 2019 : Sacrement de la réconciliation - Remise de la croix

Le samedi 19 janvier, les enfants se préparant à la première communion se sont retrouvés au presbytère pour le sacrement du pardon de 9h à 12h. Et le dimanche 20, ils ont reçu la croix, accompagnés de leur aîné dans la foi.

IMGP5538 1

Premier temps : reconnaître sa faute avec la bouche, avec les mains, avec les yeux, avec les oreilles, avec les pieds, avec le corps.

Puis regretter. Reconnaître son péché, c’est bien, c’est un grand pas… Le regretter en est un autre.

Enfin changer : c’est retourner vers l’autre, retrouver le chemin de la communion… C’est une voie laborieuse, surtout si on l’emprunte seul. Ne jamais oublier que, sur cette route, Dieu nous aide. Il nous donne la force de la réconciliation, le courage de revenir vers l’autre.

Petite histoire : Deux amis marchaient dans le désert. À un moment, ils se disputèrent et l’un des deux gifla l’autre qui écrivit dans le sable : « Aujourd’hui, mon meilleur ami m’a giflé ». Ils continuèrent à marcher puis trouvèrent une oasis dans laquelle ils décidèrent de se baigner. Mais celui qui avait été giflé faillit se noyer et son ami le sauva. Quand il se fut repris, il écrivit sur une pierre : « Aujourd’hui, mon meilleur ami m’a sauvé la vie ». Celui qui avait donné la gifle et sauvé son ami lui demanda : « Quand je t’ai blessé, tu as écrit sur le sable et maintenant, tu écris sur la pierre. Pourquoi ? ». L’autre répondit : « Quand quelqu’un nous blesse, nous devons écrire dans le sable où les vents du pardon peuvent tout effacer. Mais quand quelqu’un fait quelque chose de bien pour nous, nous devons le graver dans la pierre où aucun vent ne pourra jamais l’effacer ».

Apprends à écrire tes blessures dans le sable et à graver tes joies dans la pierre.

Merci aux enfants pour ce temps partagé à préparer le sacrement du pardon... pas toujours facile d’aller rencontrer le prêtre.
Merci au Père Sanctus pour l’accueil qui a mis à l’aise nos enfants.
Merci aux aînés dans la foi d’être toujours fidèles pour l’accompagnement des enfants lors des célébrations.
Merci Yllan pour avoir pris du temps pour la répétition des chants avec les enfants et pour ta participation pour la remise de la croix.

12 janvier 2019 : En marche vers la profession de foi

Illustration profession de foi 1Le samedi 12 janvier, les jeunes se préparant à leur profession de foi se sont retrouvés au presbytère de 14h à 17h. Beaucoup se posent la question : « c'est quoi la profession de foi ? ».

La profession de foi n'est pas un sacrement.

Ces rencontres leur permettent de réfléchir sur leur foi, c'est aussi souvent une célébration qui compte pour les familles. C'est une démarche importante dans l'itinéraire des jeunes.

Après quelques années de catéchèse et de vie ecclésiale, c'est un rite de passage qui souligne leur capacité à intérioriser et s'approprier la foi chrétienne pour en témoigner « en paroles et en actes »

Cette démarche manifeste l'engagement personnel de chaque jeune dans la foi, avec le potentiel propre à son âge. Un engagement qui invite chacun à une décision libre du cœur et de la raison, pour être sujet de la foi et d'une vie inspirée par l'Esprit Saint.

Une proposition à poursuivre la route : la catéchèse, la recherche croyante, c'est l'affaire de toute la vie, à commencer par l'étape de l'adolescence, et l'initiation au sacrement de la confirmation.

banniere p de foi 640

Parole de Mgr Jean-Michel Di-Falco :

Proférer, faire profession, c’est dire, exprimer quelque chose d’important devant témoins. En présence de Dieu, du prêtre, de tes parents et de tes amis, tu es invité à répondre par l’amour, à l’amour que Jésus a pour toi. Tu le choisis comme compagnon de marche sur le chemin de la vie.

Connais-tu les tournesols ? Sais-tu pourquoi on appelle ainsi cette plante ? C’est parce que sa fleur qui ressemble elle-même au soleil, se tourne toujours, vers le soleil. Elle ne peut s’en passer pour vivre. Tu y feras attention cet été !

Comme les tournesols ont besoin de soleil, nous, nous avons besoin d’amour pour vivre. Nous ne pouvons nous passer de l’amour de Dieu pour vivre en plénitude et trouver le bonheur. Nous sommes appelés à être toujours tournés vers Dieu pour recevoir ses dons. Jésus-Christ est le Fils de Dieu, mort et ressuscité, présent aujourd’hui parmi nous par son Esprit. Croire cela, c’est avoir la foi.

La foi n’est pas un règlement. Ce n’est pas « Il faut faire ceci ou cela ». La foi est une réponse à l’amour du Christ. Quand on aime, cela se voit, cela se sent. Il ne suffit pas de dire je t’aime, il faut le prouver. Prouver à Jésus qu’on l’aime, c’est faire tout son possible, avec son aide, pour que notre vie ressemble à sa vie. C’est rejoindre, dans l’Église, ceux et celles qui veulent ensemble répondre à l’amour du Christ et recevoir de son corps et de son sang la force d’aimer comme Dieu aime.

Tu rencontreras sans doute des difficultés dans ta vie chrétienne. C’est normal ! C’est tout au long de sa vie que l’on doit faire profession de foi. Surtout, n’aie pas peur ! Tu n’es pas seul sur le chemin, Dieu t’aime depuis toujours et il ne t’oubliera jamais.

12 janvier 2019 : L'intériorité et la prière du « Notre Père »

Le samedi 12 janvier, les enfants de CM1 et CM2 avaient le plaisir de se retrouver de 9h à 12h au presbytère. Ensemble nous avons découvert le livret proposé par le service catéchèse « L'intériorité et la prière du "Notre Père" ».

imagesIl existe différentes manières de prier :

  • La prière d'action de grâce : il s'agit de reconnaître ce que Dieu nous donne. Cette prière s'enracine dans le quotidien et les rencontres,  elle consiste à remercier Dieu pour des évènements simples de la vie.
  • La prière de louange : c'est la prière de l'enthousiasme ! Il s'agit de s'émerveiller devant l'amour de Dieu.
  • La prière de demande : le Christ lui-même nous invite à demander : « Demandez... cherchez... frappez, on ouvrira » (Luc 11,9). Il répond à nos demandes par son amour, non pas toujours comme nous le souhaitons, mais en nous donnant son Esprit. La prière de demande nous invite à prier les uns pour les autres.
  • La prière de demande de pardon : c'est se reconnaître soi-même devant Dieu, accepter ses forces et ses faiblesses, reconnaître ses fautes, ses erreurs.
  • La prière de méditation : à partir d'un texte biblique, la prière de méditation invite à demeurer auprès du Seigneur.
  • La prière de contemplation (ou oraison) : son modèle est l'attitude des disciples qui se laissent saisir par le Christ transfiguré et qui contemplent la gloire de Dieu. La contemplation est présence de Dieu, regard aimant sur Jésus, écoute recueillie de sa Parole, dans le silence.

Quelques attitudes de prière : la tradition chrétienne est riche de gestes et attitudes que nous pouvons intérioriser pour exprimer la prière.

  • Faire le signe de croix : il est le signe des chrétiens, du baptême, le rappel de la mort et de la résurrection du Christ.
  • Être assis : c'est se disposer à une attitude d'écoute et de méditation.
  • Se tenir debout : c'est manifester une attitude de respect, d'attention, d'accueil, d'acclamation, de dignité.
  • S'agenouiller ou s'incliner : c'est entrer dans une attitude de recueillement, d'humilité, de supplication. C'est se prosterner, se mettre dans une attitude d'adoration devant plus grand que soi.

mains levees 438965Nos mains accompagnent notre prière :

  • Mains ouvertes pour s'ouvrir tout entier à la parole de Dieu ou pour dire le « Notre Père ».
  • Mains jointes en positions de demande.
  • Mains levées pour acclamer.

Mots d'enfants :

  • Dans notre « coin prière », on a fait plus attention à nos gestes et nos paroles.
  • Nous avons hâte à notre prochaine rencontre pour découvrir la suite de notre livret.
  • Merci à toutes les personnes qui donnent de leur temps pour nos temps forts, on aime se retrouver et partager.