"L'Église se sent le devoir d'être proche, comme le bon samaritain, du clandestin et du réfugié, icône contemporaine du voyageur dépouillé, roué de coups et abandonné sur le bord de la route. » Cette parole de Jean-Paul II n'a rien perdu de son actualité. Elle justifie à elle seule, par sa référence à l'Évangile, que les chrétiens refusent par principe de choisir entre bons et mauvais migrants, entre clandestins et réguliers, entre citoyens pourvus de papiers et d'autres sans papier.

Quels qu'ils soient, ils sont nos frères et soeurs en humanité."

Mgr Olivier de Berranger, Président de la Commission épiscopale pour la mission universelle de l'Église, 
Mgr Claude Schockert, Membre de la Commission épiscopale pour la mission universelle de l'Église, 1er Octobre 2007

Lire la déclaration à propos du projet de loi sur l'immigration