Les articles "Histoire de la paroisse" sont extraits du Clocher et rédigés par Jacques Pencréa'ch.

 

Histoire de la paroisse - 2 - 2016

L'abbé Daniel ne restera que deux ans à Caudan, il fut nommé à Palais en juillet 1905 et remplacé par l'abbé Le Garrec, précédemment à Mendon. Dès son arrivée, ce dernier fut confronté à de gros problèmes. Rappelons brièvement la situation de l'Église en cette période troublée. Depuis la révolution, la constitution civile du clergé avait institué une nouvelle Église, l’Église constitutionnelle, ce qui divisera le clergé : le clergé séculier qui appliquait la loi en prêtant le serment « le jour du dimanche après la messe en l'année 1790 », et le clergé réfractaire, une grosse moitié des curés qui refusèrent de faire cette démarche, avec les conséquences auxquelles ils s'exposaient : poursuite, emprisonnement et mort pour beaucoup d'entre eux. Au sud-est de l'ile Madame, une grande croix de galets marque l'endroit où furent ensevelis 274 prêtres réfractaires ; ils moururent d'épuisement, de maladie, de maltraitance à bord de deux anciens navires sur les fameux « pontons de Rochefort ». Chez nous le recteur, l'abbé Thomas, réfractaire, fut arrêté et acheminé vers cette sinistre destination. Avec une probable complicité, il réussit à s'évader lors d'une escale à Belle-Ile et put revenir se cacher dans son ancienne paroisse (à Kerrous paraît-il ?). Entre temps l'abbé Guillou, prêtre constitutionnel avait été nommé à sa place. Les Caudanais ne facilitèrent pas son ministère en boudant les cérémonies...

Lire la suite...

Histoire de la paroisse - 1 - 2016

L'abbé Daniel succéda à l'abbé Bissonnet le 2 avril 1903. Il venait de la paroisse de Pluvigner. Sa mission principale, spécifiée par son évêque, fut l'aboutissement du projet de construction de chapelles sur Lanester. Ce projet se concrétisait : les terrains avaient été offerts par Madame de Mauduit du Plessis et Mademoiselle Le Goff de Kerfréhour. Des personnes généreuses avaient fait don de 75 000 francs pour cette réalisation, ainsi que d'une maison pour servir de « maison vicariale ». Ce premier projet prévoyait la construction d'une chapelle dans le secteur de Locunel...

Lire la suite...

Histoire de la paroisse - 7 - 2015

Le dimanche 2 août, notre communauté paroissiale s'est retrouvée à la messe de 10h30 en la chapelle du Trescouët à l'occasion de son pardon traditionnel. Elle fut célébrée par le Père Jean-Louis, recteur, assisté de l'aumônier de l'hôpital. Comme chaque année, une nombreuse assistance avait tenu à venir prier Notre-Dame...

Lire la suite...

Histoire de la paroisse - 6 - 2015

La photo ci-dessous de l'ancienne église paroissiale est la seule que nous ayons trouvée. Cette église fut, on le sait, dynamitée à 5h45 le 11 août 1944 par les troupes d'occupation Allemandes : « à cet instant précis l'église et le clocher viennent de s'effondrer et leurs pierres ensevelissent tout le mobilier du sanctuaire. Tout est détruit ; la sainte réserve enfermée dans le coffre de la sacristie est sauvée. Une pierre d'autel est retrouvée, mais du beau maître-autel de marbre blanc, il ne reste rien ; tout est pulvérisé » (archives paroissiales). Quelques bannières furent récupérées et après quelques réparations furent déposées à la chapelle du Nelhouët. La population du bourg, heureusement réduite car beaucoup s'étaient réfugiés dans les communes voisines, se trouvait cette nuit-là dans l'abri du couvent...

Lire la suite...

Histoire de la paroisse - 5 - 2015

Ce fut au tour de l’abbé Alphonse Hétet de prendre possession de la paroisse de Caudan en décembre 1891. Il avait déjà connu plusieurs paroisses : Quiberon, Vannes, l’hôpital de Lorient, Merlevenez, Plescop. À son arrivée, « tout était bien en ordre, l’église convenable, les ornements et le linge suffisants » mais la croix et les chandeliers étaient trop ternes, il les fit dorer. Son premier et grand souci fut sa trésorerie. À l’époque, il avait trois vicaires qu’il devait payer, 1500 francs chacun, soit 4500 francs pour l’année ; sur un budget qu’il estimait à 7000 francs, il ne restait donc que 2500 francs pour entretenir l’église, le presbytère, l’école, les chapelles. Il ne mentionne pas son traitement personnel (il devait faire l’objet d’une comptabilité particulière !)...

Lire la suite...

Histoire de la paroisse - 4 - 2015

« Encore un prêtre selon le cœur de Dieu, actif, dévoué, infatigable », c’est ainsi que débute le parcours à Caudan de l’abbé Le Mab, en 1871. Il venait d’Ambon où il était recteur. Auparavant, il avait exercé à Saint Nolf. Ce fut un prêtre qui se fit surtout remarquer comme prédicateur à l’occasion des retraites et missions, particulièrement nombreuses durant ce 19ème siècle. L’usage était d’expliquer le décalogue (les dix commandements donnés à Moïse sur le mont Sinaï) sous forme de dialogue. Il le faisait avec « un entrain extraordinaire ». Son concours était recherché et c’était le succès assuré et « une bonne fortune » pour la paroisse qui pouvait l’avoir...

Lire la suite...

Histoire de la paroisse - 3 - 2015

Monsieur l'abbé Audo fut appelé à remplacer l'abbé Texier au cours l'été 1867. Il venait de Port-Louis où il avait passé de longues années en tant que vicaire « tout dévoué à son ministère ». À Caudan, il fut comme à Port-Louis, « l'homme de Dieu, tout aux travaux de son ministère, dévoué à toutes les saintes causes, à Dieu, à la religion, au salut des âmes, il fut dans ses nouvelles fonctions, comme il l'avait été ailleurs, l'homme du devoir. Sans bruit et sans exagération, il marcha toujours droit devant lui, agissant toujours avec la plus grande fermeté, jointe à la plus grande douceur. Il n'était pas spécialement orateur mais il instruisait bien, en chaire et au confessionnal. »...

Lire la suite...