Accueil Histoire & Culture Histoire de la Paroisse 2006 Histoire de la paroisse - 6 - 2006

2006

Histoire de la paroisse - 6 - 2006

Poursuivons notre «procession» devant les saints apôtres qui nous accueillent à l’entrée de l’église ; arrêtons-nous aujourd’hui devant Jacques le mineur, Matthias, Philippe et Barthélémy...

Statue de Saint Jacques à l'entrée de l'église de Caudan




Jacques le mineur est le fils de Cléophas et de Marie, une des saintes femmes ; «le sabbat terminé, Marie-Madeleine, Marie, mère de Jacques et Salomé achetèrent des parfums pour embaumer le corps de Jésus…» (Marc 16-1). Il est  parent de Jésus mais rien n’indique qu’il l’ait suivi de son vivant ; il reste un personnage important de l’Église mais un peu à part, «Jésus est apparu à Jacques, puis à tous les apôtres…» (1 Co.15-7).

Il fut tué sur ordre d’Hérode Le grand qui fut, pour plaire aux Juifs, un persécuteur de l’Église ; il est parfois représenté par un bâton de foulon à la main (gros bâton qui servait à fouler le raisin et dont il fut assommé ?).

Statue de Saint Matthias à l'entrée de l'église de Caudan




Matthias. Après la trahison et la mort de Judas, et sous la présidence de Pierre, Matthias fut choisi pour faire partie des douze en remplacement du traître ; «il faut que l’un d’entre eux (les compagnons fidèles) devienne avec nous témoin de sa résurrection (de Jésus) ; on en présenta deux, Joseph Barrabas surnommé Justus et Matthias. Puis l’assemblée fit cette prière : toi, Seigneur, qui connais le cœur de tous les hommes, montre-nous lequel des deux tu as choisi… on tira au sort, et le sort tomba sur Matthias qui fut dès lors associé aux onze apôtres...» (Ac. 1, 23-26).

 

 

 

Statue de Saint Philippe à l'entrée de l'église de Caudan


Philippe. Ami d’André et de Pierre, Philippe  est natif de Bethsaïdade et il fut sans doute aussi ami de Jean Baptiste.

Il répond avec spontanéité à l’appel de Jésus et sera souvent intermédiaire entre son maître et la foule. Dans l’équipe des douze, Philippe semble chargé de l’approvisionnement (il en faut bien un…) ; « Jésus leva les yeux au ciel et vit qu’une foule nombreuse venait à lui ; il dit à Philippe : où pourrions-nous acheter du pain pour qu’ils aient à manger ?» (Jean 6. 5-6). Philippe reste sceptique car les discours de Jésus lui sont souvent incompréhensibles ; «Voici longtemps que je suis avec toi et tu ne me connais pas encore, Philippe». Il comprendra, comme les autres apôtres, le jour de la Pentecôte.

On dit que Philippe est mort crucifié à Hiéropolis, près d’Éphèse. Une croix lui est souvent associée.

Statue de Saint Barthélémy à l'entrée de l'église de Caudan





Barthélémy (ou Nathanaël). Il est originaire  de Cana en Galilée, et  fier de son pays… « Philippe rencontre Nathanaël et lui dit : celui dont parle la loi de Moïse, nous l’avons trouvé, c’est Jésus fils de Joseph de Nazareth ; Nathanaël répliqua : de Nazareth ! Peut-il sortir de là quelque chose de bon ? » . Jésus l’aperçoit : «voici un véritable fils d’Israël» ; Nathanaël est gagné : «Rabbi, c’est toi le fils de Dieu, le roi d’Israël… (Jean 1 45-49).

Il sera témoin de la dernière manifestation de Jésus ressuscité, au lac de Tibériade ; «Il y avait là Simon Pierre… Nathanaël de Cana» (Jean 21-2).

Les autres évangélistes l’appellent Barthélémy ; on dit que son apostolat le mena en Turquie, en Mésopotamie, en Perse, et jusqu’en Inde. Il aurait pour certains été crucifié, pour d’autres décapité mais l’opinion la plus répandue est qu’il fut écorché vif à Albanapolis en Arménie (par l’outil qu’il porte ?… un coutelas, une hache ?...)