Généralement l'île de Madagascar connaît deux saisons : une saison des pluies, humide et très chaude, de novembre à avril et une saison sèche, plus fraîche, de mai à octobre. Les hauts plateaux de centre de l'île auxquels nous nous intéressons enregistrent parfois des températures négatives, et la saison de pluies est bienvenue et propice aux plantations de riz, maïs, pommes de terre. Considérés comme le toit de Madagascar, ces hauts plateaux abritent le « grenier » de l'île. Ils sont parsemés de champs maraîchers, de rizières et de vignobles.

C'est ici qu'on retrouve Ampotaka, le village de Jean-Louis. Durant cette saison humide, les cours d'eau sont bien alimentés et celui qui traverse ce village permet aux animaux domestiques de se désaltérer ; les puits produisent suffisamment d'eau potable nécessaire à la vie courante de ses habitants. En saison sèche par contre, ces puits sont souvent plus ou moins taris et il faut alors chercher de l'eau ailleurs, à plus d'un kilomètre, où une source en produit en quantité régulière et suffisante, mais il faut y aller à pied, avec des seaux qu'on porte sur la tête au retour, à travers des herbes hautes car il n'y a pas de route pour les charrettes !

Depuis longtemps, un projet avait vu le jour pour relier le village à cette source, les autorités locales étaient d'accord mais il fallait trouver un financement. Jean-Louis en prit l'initiative et, grâce à sa générosité, les travaux purent débuter à l'occasion de ses congés de l'été dernier, qu'il consacra entièrement à cette opération.

Après réception des matériaux nécessaires, toute la population s'y attela de bon cœur. Il fallut d'abord bien localiser ce point d'eau et le matérialiser pour éviter le maximum de perte.

1DSCN07122DSCN07233DSCN07734DSCN0912

La deuxième opération consistait à mener cette eau jusqu'à une réserve, un château d'eau, pour obtenir une pression suffisante. On utilisa des tuyaux de 40 mm sur une distance de 100 mètres dans des canalisations creusées à la main. Nous sommes en saison sèche sans pluie, et il y a de la poussière ! Un château d'eau d'une capacité de 3 m³ fut donc construit. Une fois terminé, ce château d'eau méritait bien une bénédiction ! N'est-ce pas Jean-Louis ?

À partir de là, l'eau fut canalisée par tuyaux de 20 mm jusqu'aux postes de distribution dans le village et l'inauguration put se faire à la grande joie des villageois, une eau pure et propre à la consommation. Et Jean-Louis put procéder à la bénédiction. Le maire et son conseil municipal avaient approuvé le projet mais refusèrent de le financer ; aussi seul l'adjoint aux travaux fut invité à cette cérémonie !

5DSCN09206DSCN0919

Aujourd'hui, la distribution de l'eau se fait dans d'excellentes conditions. Les postes de distribution sont ouverts à certaines heures le matin et le soir pour éviter tout gaspillage. Un comité de l'eau s'est institué. Chaque utilisateur verse sa cotisation annuelle afin d'assurer l'entretien de cette belle et combien utile réalisation !